Les soins palliatifs correspondent à une vision humaniste de la médecine

Les soins palliatifs concernent la prise en charge de la souffrance globale du malade traversant la phase critique d'une affection potentiellement mortelle ou vivant la période terminale de sa vie.

Ils comportent de façon indissociable la thérapeutique palliative, affaire des soignants, et l'accompagnement où sont impliqués tous les intervenants auprès du malade, avec au premier rang la famille et les proches.

L'éthique des soins palliatifs s'oppose à l'euthanasie et à l'acharnement thérapeutique.

Le malade menacé dans sa vie est confronté à une souffrance globale où se mêlent plusieurs composantes :

Relevant de la thérapeutique palliative et des soins de confort, mis en œuvre par les soignants :

  • La composante physique. Elle est représentée par la douleur, avec des symptômes, sources d'angoisse parfois extrême tels que la dyspnée, la suffocation, et quand l'essoufflement confine à l'asphyxie, par des syndromes vécus comme très pénibles s'ils sont associés à des vomissements.
  • La composante morale et psychologique avec le sentiment d'être malheureux, anxieux

Relevant de l'accompagnement :

Chaque intervenant y a sa place particulière : la famille, les médecins et tous les personnels soignants, les représentants des différentes religions, les travailleurs sociaux, les accompagnants bénévoles...

  • La composante spirituelle : " Qu'est ce que j’ai fais de ma vie ? ", " Me suis-je réconcilié avec mes proches ? "
  • La composante sociale : " Que vont devenir les miens ?

L'accompagnement fait partie intégrante de la prise en charge globale du patient.

C'est la famille et les proches qui vont représenter la composante essentielle de  l'accompagnement mais ils vont être aidés par les soignants et des accompagnants bénévoles dans le service ou à domicile.

 

Les objectifs des soints palliatifs sont d'atténuer et si possible faire disparaître tous les symptômes concernant :

  • la souffrance physique : la douleur essentiellement,
  • la souffrance psychologique dominée par l'angoisse,
  • l'inconfort presque toujours présent surtout en phase terminale.

 

A quel moment interviennent les soins palliatifs ?

Pas seulement au stade terminal.

Souvent bien avant cette période, en particulier lors de l'annonce de la gravité de la maladie menaçant gravement la vie.

C'est lors de cette première période critique que l'accompagnement sera particulièrement important.
Puis, au fur et à mesure que   les traitements curatifs   perdent   leur efficacité, les traitements palliatifs pourront être prodigués au malade selon les schémas décrits plus haut   où, à côté des thérapeutiques palliatives elles-mêmes, l'accompagnement représentera l'un des éléments essentiels de la prise en charge du malade.

 

[Retour]